Critique d'un concert à Marseille (15 juin 2000)
par un fan



        Depuis leur dernier album et leur dernière tournée il y a eu des bouleversements chez Les ELLES. Tout d'abord l'une d'entre elles a disparu : Sarah, la "petite" rouquine qui était notamment capable de faire éclater de rire la salle entière. A sa place sont apparus deux mecs : un à la trompette (qui apporte énormément), il joue aussi d'une sorte de flûte au son grave (enfin un truc dans lequel il souffle et qui ressemble à un gros morceau de bois ... ), l'autre dans un cockpit d'avion en train de bidouiller des machines électroniques. Du coup ces changements se sentent au niveau des nouveaux morceaux, sur le nouvel album (Pamela Peacemaker) comme sur scène. Plus "techno", enfin plus saccadé. Ce qui n'enlève néanmoins rien au jeu de Sophie Henry (magnifique multi instrumentiste) et Christine Lapouze (violoncelle). Ils ont pratiquement joué tout le dernier album et ont repris pas mal de morceaux des précédents. Revus à la sauce actuelle. En fin du 2ème rappel elles ont fini à 3 et là il faut bien admettre qu'on sentait l'absence de la 4ème notamment lorsque le morceau Miss Alzheimer s'emballe.
        Sinon Pascaline avait les cheveux rouges et une tenue d'infirmière allumeuse. Son jeu de scène et son attitude était encore plus coquins que d'habitude (même si parfois elle en fait un peu trop : fausse timide qui fait de l'oeil), Sophie avait une espèce de combinaison noire qui découvrait entièrement son dos musclé (impressionnant d'autant qu'elle est très souvent de dos), superbe solo au piano, et toujours cette façon de jouer pieds nues.Globalement sur le coup j'ai été un peu déçu : L'effet de surprise en moins j'imagine (cela faisait la troisième fois qu'on les voyait) + salle plus grande et proportionnellement beaucoup moins remplie + absence de Sarah Auvray (choeurs et bruits de bouche). Cela dit les Elles restent un très bon groupe de chanson française. Elles ont su se renouveler et n'ont pas hésiter à reprendre des morceaux de  leurs deux précédents albums. En particulier les fabuleux Le vase chinois, Miss Alzheimer,Orthopedia, et Alors où Pascaline peut s'en donner à coeur joie pour hurler. Par contre toujours pas d'inédits (un moment j'ai cru, mais c'était Roma du premier) et quasiment aucun mot au public (il y a des sourires quand même ...). Si elles passent près de chez vous n'hésitez pas !